SPORTS NAUTIQUES, PORTS ET MARINAS, ESPACES NATURELS MARITIMES ET PLUS ENCORE
Zones côtières

Alicante: Côte Sud

Comunitat Valenciana

Limite Sud de la Région de Valencia, dans la province d’Alicante : de Santa Pola à Pilar de la Horadada

Sur ce beau tronçon de la côte méditerranéenne se succèdent de vastes plages de sable fin avec des systèmes dunaires et des criques. En naviguant à l’abri des tours de guet, vous pourrez visiter des musées flottants et des ressources associés à la mer et au sel.

Avant d’être indépendante, Santa Pola, qui repose sur une baie protégée des vents du Levant par la montagne du même nom, était la Porte d’Elche : ce n’est pas en vain que les romains avaient donné le nom de Portus Illicitanus à ce village fortifié, construit pour servir de bastion contre les invasions pirates. Sa vocation éternelle a toujours été la mer et très tôt ses habitants ont affirmé leur vocation méditerranéenne, tel que le démontrent la maison et l’usine romain de salaison. Son passé militaire est marqué par le château-forteresse, le centre névralgique de la ville, qui accueille aujourd’hui le musée archéologique et de la pêche, ainsi que les tours défensives, qui étaient les points de surveillance de la côte. Près de 15 kilomètres de plages et de criques font le bonheur des milliers d’estivants qui attendent toute l’année de plonger dans ces eaux cristallines et translucides.

Les actuels marais salants de Santa Pola formaient autrefois une vaste zone humide connue comme étant le marécage d’Elche, qui englobait pratiquement toute la plaine. Aujourd’hui, les marais salants sont un parc naturel, qui conserve une importante fonction industrielle et qui est le paradis des flamants roses qui arrivent en colonies pouvant atteindre 8000 individus.

La magnifique île fortifiée de Nueva Tabarca se trouve à portée de vue. Même si, officiellement, elle appartient à la commune d’Alicante, cette île plate se situe plus près de la côte de Santa Pola, d’où partent les vedettes qui assurent la traversée des trois milles marines qui la séparent. Ces 43 hectares de terres, en pleine mer, ne comptent que deux cents ans d’histoire habitée mais deux siècles de lutte constante pour la survie. Actuellement les fonds marins qui entourent l’île sont une réserve marine qui préserve son importante richesse naturelle : de grandes prairies de Posidonie de Méditerranée, qui favorisent la présence de tous types de poissons tels que des barracudas, des mérous, des sargues, des pageots ou des poulpes. 

Le fleuve Segura débouche à Guardamar, fatigué par les engins qui ont entravé sa route. Une date marque principalement l’histoire de Guardamar del Segura, qui est une ville ancienne qui a connu les occupations ibères et le passage des arabes, comme l’indique son nom : en 1829, un important tremblement de terre a frappé la ville, située dans une enceinte fortifiée, autour d’un château. De la ville médiévale, il ne reste aucun vestige et un nouvel espace urbain a dû être créé, les habitants ayant été déplacés à un endroit plus proche du littoral, sur la douce pente donnant sur la mer. Dès lors, ce sont les dunes qui ont apporté leur propre culture, une véritable forêt méditerranéenne qui s’étend parallèlement à la côte.

Sur le chemin de Torrevieja, un autre trésor de cette terre sont les marais salants de la Mata, où se trouvent les vestiges d’un embarcadère romain et ceux de Torrevieja, à 3 mètres au-dessous du niveau de la mer. Un complexe lagunaire qui, en fonction de la lumière et de la saison, change de couleur. Cet espace magique aux eaux rosées est également primordial pour l’alimentation de la centaine de familles d’oiseaux recensées, qui constitue leur véritable trésor. Certaines espèces y font une pause dans leur voyage vers l’Afrique tandis que d’autres y passent l’hiver. L’espèce la plus attrayante est peut-être le flamand rose, qui utilise les marais salants pour se reposer et se nourrir pendant sa migration.

La mer et le sel ont marqué le destin de Torrevieja. Le port écrit la meilleure partie de son histoire car il a été le siège de la flotte de navires la plus importante de la Méditerranée, jusqu'à la moitié du XIXº siècle, en conservant les derniers exemplaires et les témoignages les plus récents des marins qui ont sillonné les mers des cinq continents à la voile. Actuellement, près d’un million de tonnes de sel sont toujours exportés depuis son bassin, en faisant le principal producteur européen. Cuba a toujours été un bon marché pour le sel de Torrevieja, d’où l’air havanais de la population affiché lors du Concours International Habaneras.

Orihuela, entourée de plaines irriguées fertiles, admire la mer de loin. Et comme un cadeau pour ses visiteurs, elle les accueille avec sa superbe palmeraie. Dans ses rues et ses places, on apprécie son niveau culturel et sa condition de ville tranquille et sage, maraîchère et moderne. Le catalogue de son patrimoine est interminable : couvents, palais, demeures seigneuriales, sanctuaires, églises, bibliothèques publiques…

C’est à Pilar de la Horadada que s’achève ce parcours nautique par la côte de la Région de Valencia jusqu’à son extrémité Sud. Ou qu’il commence aussi car ce n’est finalement qu’un jeu sans fin, avec des caps et des chemins différents. Ici, tout dépend du littoral : la ville, les habitants, l’industrie, le tourisme, les loisirs. Une terre de dix kilomètres qui s’étend de l’urbanisation de Las Mil Palmeras à l’Escull del Mojón, dans la province de Murcie.

 

Voici les ports que vous trouverez sur ce tronçon de côte :

- Santa Pola: Puerto deportivo de Santa Pola, Marina Miramar

- Guardamar del Segura: Marina de las Dunas

- Torrevieja: Marina Salinas de Torrevieja, Puerto deportivo Real Club Náutico de Torrevieja, Club Náutico Marina Internacional

- Pilar de la Horadada: Puerto deportivo Torre Horadada

- Orihuela: Marina Cabo Roig, Dehesa de Campo Amor

Plus d’informations touristiques sur les activités nautiques dans la province d’Alicante : www.costablanca.org

 

Adaptation du texte : Challenge dans la Mare Nostrum : voyage parmi les décors nautiques de la Région de Valencia (Generalitat Valencienne. Ministère Autonome du Tourisme).

Alicante: costa sur

Lieu ouvert